Je vous propose d’étudier aujourd’hui un effet créé avec le logiciel Adobe Photoshop, et que j’utilise très régulièrement dans mes images : le filé, qui donnera une impression de mouvement et de flou (sur l’eau ou sur un ciel avec des nuages principalement).

Avant de commencer, je souhaite préciser que l’idée ici n’est pas de reproduire l’effet qui pourrait être obtenu à la prise de vue en utilisant un filtre ND (densité neutre), et donc avec un temps de pose très long. S’il est possible d’obtenir un tel effet de manière plus ou moins réaliste avec certains outils de Photoshop, mon idée est avant tout de créer des ambiances dans mes images, qui sont rarement réalistes par ailleurs.

Afin d’illustrer ce sujet, j’utiliserai pour exemple l’image ci-dessous, prise récemment à Paris sur les bords de Seine.

 Capture avant 100315

 

A partir de cette prise de vue, qui est donc mon fichier de base, et après une courte analyse de ce dernier, vous pourrez voir dans la capture d’écran suivante les différents points que j’ai choisi de travailler :

 

Capture 009 pour article 090315

 

Comme vous pourrez le constater, j’ai effectué un léger recadrage par rapport à l’image originale, afin de supprimer une partie du ponton se situant dans la partie inférieure droite de l’image. La première étape consistera d’ailleurs à le supprimer définitivement avant d’appliquer le flou sur l’eau. Pour ce faire, j’ai choisi ici la méthode du remplissage par le contenu (dans le menu édition) et une petite correction avec le tampon de duplication (raccourci clavier S) afin d’ajuster le reflet de lumière et corriger les petites imperfections parfois liées au remplissage par le continu. Il convient ici d’expliquer pourquoi j’ai décidé de supprimer ce ponton. Premièrement, celui-ci n’apporte pas grand chose dans la scène, mais surtout, il sera gênant pour effectuer la deuxième étape, l’application du flou, et dont nous allons parler maintenant.

Afin de créer sur l’eau l’effet que vous pourrez voir dans la capture d’écran suivante, j’utilise le filtre « flou directionnel », qui se trouve dans le menu filtre – Atténuation.

 

Capture 003 pour article 090315

 

Avant d’appliquer le filtre, je créé au préalable une sélection de toute la surface de l’eau. J’utilise pour ce faire l’outil lasso polygonal, puisqu’il qu’il n’y a aucune difficulté particulière ici. La sélection s’effectuera en quelques clics. Si la partie gauche (le bord du quai) est à peu près une droite, il conviendra de bien longer les autres éléments lors de la sélection, ici les piliers du pont. Une fois la sélection réalisée, je crée un calque de celle-ci (Ctrl+J) et le transforme en objet dynamique, qui permet de réaliser des opérations non destructives par la suite, et surtout sur lesquelles on peut revenir si besoin était.

Le filtre d’atténuation flou directionnel a pour effet d’étirer les pixels. Comme vous pouvez le voir dans la boite de dialogue de ce dernier, il est possible d’agir sur 2 éléments : l’angle, qui est de zéro degré dans le cas de mon image, et donc horizontal, et la distance en pixels. L’étirement sera plus ou moins important selon la position du curseur (de faible à gauche à très fort sur la droite).

Dernier point ici qu’il convient d’expliquer, le flou directionnel va générer, selon la valeur appliquée (surtout en cas de valeur élevée), des « traînées » mais aussi des pertes de pixels, et donc des transparences, sur les bords de la sélection. Vous pouvez en voir l’exemple ici dans la boite de dialogue du filtre, dans la partie supérieure, au niveau du pilier du pont (que l’on imagine dans la partie transparente puisqu’il n’est bien sûr pas visible dans la sélection). Il conviendra donc d’effectuer quelques corrections. J’utilise pour ce faire 2 méthodes : la première consiste à nettoyer les parties qui auraient débordé (ici sur les piliers du pont) avec l’outil pinceau (raccourci clavier B) sur un masque de fusion, et des retouches si nécessaire avec l’outil tampon de duplication (raccourci clavier S).

Remarque :
Je reviens ici sur le point du ponton qui a été supprimé. Vous comprendrez, suite aux explications ci-dessus, que celui-ci aurait généré une masse inesthétique si je l’avais gardé.

Nous allons maintenant changer le ciel et appliquer sur celui-ci le même effet de filé que celui sur l’eau. Mais avant cela, je souhaiterais faire une petite parenthèse. En toute logique, l’application d’un tel effet sur l’eau implique une cohérence sur l’ensemble de l’image. En effet, il ne serait pas réaliste qu’une partie de l’image représente un effet de mouvement et que d’autres parties soient « statiques » (sauf pour les bâtiments bien sûr qui eux le sont forcément dans tous les cas). Dans le cas de notre image d’exemple, j’aurais pu en rester là, dans la mesure où le ciel est uniforme et sans nuages. La perception de mouvement sur ce ciel ne serait par conséquent pas visible ici. J’ai personnellement choisi ici d’ajouter à la difficulté, en changeant donc le ciel. Et nous allons maintenant étudier ce point.

Capture 007 pour article 090315

 

Comme vous pouvez le voir ci-dessus, la première opération consiste à créer une sélection du ciel (représentée par les contours de couleur rouge). Dans la mesure ou celui-ci est de couleur relativement uniforme, j’ai choisi d’utiliser ici la sélection par la plage de couleur. Une fois la sélection effectuée, je crée (de la même manière que pour l’eau) un nouveau calque (Ctrl+J). Il convient ici de faire une parenthèse afin d’évoquer les différentes possibilités à ce stade. La première consiste à supprimer définitivement le ciel existant et de placer ensuite le calque du nouveau ciel derrière la scène. Cette solution a un avantage certain par rapport à ce que j’ai fait pour l’eau, dont le calque se trouvait au-dessus de la scène, et qui m’a demandé par conséquent différentes corrections. En effet, si le calque du nouveau ciel est placé sous le calque de la scène, les effets du flou directionnel n’auront aucun impact sur les éléments le bordant (ici les toits, les statues et les arbres).

J’ai donc fait un autre choix ici, et ce pour deux raisons. La première, évoquée ci-dessus, est la complexité de tous les petits éléments bordant le ciel, demandant une sélection préalable très précise et un travail parfois long. La seconde (probablement à égalité avec la première) est le fait que je souhaitais créer, en plus d’un flou directionnel, un effet de coucher de soleil. C’est donc en deux étapes que je vais maintenant expliquer comment j’ai transformé le ciel d’origine.

Capture 004 pour article 090315

 

La première étape consiste à appliquer un filtre en dégradé (j’ai choisi ici le mode incrustation) sur le calque de mon ciel d’origine sélectionné, ainsi que vous pouvez le voir dans la capture d’écran ci-dessus. Ce calque a pour but de créer une lueur rosée/majenta, comme on peut en voir parfois lors des couchers de soleil. Une fois cette opération effectuée, je vais maintenant placer mon nouveau ciel, qui est un fichier trouvé dans mes archives, et que vous pouvez voir dans la capture d’écran suivante :

Capture 006 pour article 090315

 

Une fois le calque du nouveau ciel ouvert dans Photoshop, il convient de l’écrêter sur le calque qui se trouve en dessous (le ciel d’origine sélectionné). Il suffit maintenant d’appliquer le flou directionnel sur ce nouveau ciel  :

 

Capture 005 pour article 090315

 

Voilà donc maintenant mon nouveau ciel en place. Vous noterez que quelques pixels ont disparu sur la partie droite de l’image. Il suffit ici de faire simplement une petite correction au pinceau (entre autre méthode).

Afin de poursuivre dans la logique de cohérence de l’image suite à l’application des différents flous, je vais maintenant effectuer quelques modifications sur le pont, et ce au niveau de la circulation. Comme vous pouvez le voir sur l’image d’origine, des véhicules (dont plusieurs camionnettes) s’y trouvent. J’aurais pu ici laisser l’image en l’état, dans la mesure où ces véhicules sont à l’arrêt et qu’il n’affectent pas particulièrement la logique de l’ensemble. Toutefois, si j’ai décidé de les supprimer, c’est tout simplement parce qu’ils ne me paraissaient pas « esthétiques » dans cette scène. Ce « problème » est d’ailleurs un classique à Paris (comme dans toutes grandes villes où la circulation est souvent importante). En effet, il faudra veiller, autant que faire se peut lors de la prise de vue, qu’un bus n’arrive pas au « mauvais moment », masquant certains éléments.

Afin de réaliser cette opération, je n’ai pas appliqué ici d’effet de flou, dans la mesure où la manipulation aurait été « complexe ». Ayant réalisé plus prises de cette vue de cette scène avec des temps de pose différents, j’ai eu la chance d’en trouver une avec un temps de pose plus long, et donc sans véhicules visibles (voir la capture d’écran qui suit) :

 

Capture 008 pour article 090315

 

Il m’a donc suffi de sélectionner cette partie, et de la placer ensuite dans l’image. Cette manipulation demande ensuite quelques ajustements et des masquages à l’aide du pinceau sur un masque.

Je vous passerez ici le détail des différentes autres petites corrections « classiques » effectuées sur cette image, qui ont principalement consisté à jouer sur les luminosités, les teintes, la saturation, mais aussi sur l’amélioration de la netteté sur certaines parties de l’image.

Le résultat final

bord-de-seine-060315-web

Voilà donc en substance le travail réalisé sur cette image, et qui, je l’espère, vous aura donné un aperçu des possibilités offertes par l’outil flou directionnel. Il existe bien d’autres méthodes de floutage dans Photoshop, tels que le flou radial (que j’utilise beaucoup dans mes ciels), le flou de surface, ou encore le flou gaussien, et dont j’aurai certainement l’occasion d’en parler dans un nouvel article.